Procida

Procida est la plus petite et la moins connue des îles du Golfe de Naples, dont font également partie Ischia et Capri. Elle est, par conséquent, la moins touristique. Comme elle propose une grande richesse et une grande variété d’intérêts, les touristes, qui la découvrent, sont souvent étonnés de ne pas la voir plus recommandée dans les itinéraires touristiques du sud de l’Italie.

Procida, c’est l’archéologie avec l’îlot de Vivara relié à Procida par un pont artificiel. Vivara est le lieu de fouilles qui se visitent en été. Il y a 3000 ans, les commerçants marins de Mycènes l’utilisaient comme escale au cours de leurs traversées de la Méditerranée.

Procida, c’est l’histoire, mais pas seulement l’histoire concentrée dans le bourg médiéval de la Terra Murata (avec l’abbaye Saint-Michel, particulièrement intéressante, richement décorée et dont les origines sont antérieures à l’an 1000) et La Corricella toute proche.

Procida, c’est aussi une architecture très particulière, une architecture définie comme " spontanée ", parente éloignée de l’architecture grecque. Les lieux les plus représentatifs de cette architecture sont les " hameaux " et les " arcades " de la Marina Grande, de la Chiaiolella, mais plus particulièrement de la Corricella, qui, vue de loin offre un panorama unique au monde ( lieu de tournage entre autre du célèbre film " Le Facteur " avec Massimo Troisi ou du plus récent " Le talentueux Mister Repley "). Parmi les caractéristiques de l’architecture de Procida, il y a les coloris pastels typiquement méditerranéens. Mais aussi

l’escalier " girafe ", les voûtes " en voile " ou " en tonneau " et l’arc que l’on retrouve dans toutes les dimensions et sous toutes les formes. Aujourd’hui encore des universités du nord de l’Italie organisent des séminaires sur la particularité architecturale italienne.

Procida, offre des parcours de promenades variés. Depuis les sentiers de campagne qui surplombent parfois la mer, les paysages sont exceptionnels. Les fonds marins de l’île sont également l’objet d’excursions sous-marines, car ils sont non seulement riches en faune et en flore, mais aussi en restes archéologiques.

 

Procida, c’est une cuisine " maison " excellente, avec une dizaine de très bons restaurants familiaux

dont la cuisine est basée sur le poisson frais. Denrée qui est loin de manquer à Procida grâce à la vingtaine de chalutiers locaux et aux dizaines de petits pêcheurs à la ligne ou à la nasse. Les spécialités sont les spaghettis aux oursins et le lapin chasseur, qui remonte à la fin du XVIIe siècle, époque à laquelle les rois bourbons venaient chasser le lapin sauvage de Vivara.

L’église a eu une influence considérable dans l’histoire de l’île. Notamment au Moyen Âge avec la présence d’un homme d’église de prime importance dans la hiérarchie ecclésiastique, comme le Cardinal Innico d’Avalos. La présence d’un nombre important d’églises a également contribué au fait que Procida ait encore toute une série de traditions religieuses et que les processions soient aujourd’hui toujours respectées. D’avril à juin, il n’y en a pas moins de cinq, organisées par les différentes paroisses, comme celle du Vendredi saint, qui est la plus connue et la plus spectaculaire, ou celle de Saint-Michel, saint patron de l’île.

 


 

Il y a d’autres manifestations importantes et sans caractère religieux, comme " La Fête du citron ", " Portails ouverts " (visite des entrées des maisons anciennes de l’île, dans une atmosphère musicale et avec une mise à l’honneur des ressources artistiques et artisanales), " La Fête de la mer " (avec l’élection de la Graziella), " Le Festival de la Méditerranée ", " Le prix littéraire Elsa Morante " (l’écrivain a, en effet, séjourné longuement à Procida et c’est grâce à elle que l’île est devenue parc littéraire), " Livres à aimer " (présentation de livres de personnes célèbres)… et beaucoup d’autres événements dont la programmation est moins régulière.

À Procida, la principale attraction reste la mer, avec 6 plages pour la baignade, où l’on trouve aussi bien des établissements publics et privés.

Procida, point de départ d’excursions pour toutes les destinations touristiques de la Campanie. En partant pour la journée, il est possible de rejoindre Ischia (où l’on peut également suivre une cure thermale) Capri, Naples, Caserta, Pozzuoli et Solfatara, Baia, Pompéi, Herculanum, Sorrente, Amalfi, Positano ou toute la côte amalfitaine etc. Celui qui a l’intention de venir passer des vacances à Procida doit savoir qu’elle n’est pas une île touristique habituelle, parfaite dans les moindres détails, mais qu’elle est avant tout authentique, et qu’elle n’a en rien perdu de son identité. Ce fait peut sembler négatif à ceux qui visiteraient l’île superficiellement, mais pas à ceux qui sauront ressentir ce que Procida exprime profondément et spontanément.

 

 

Goffredo Scotto.

 

 

HOTEL

&

RESIDENCE